Nîmes (FR): une adolescente enlevée, séquestrée et battue par son père et ses deux frères. « Ils ne supportaient pas qu’elle vive à l’européenne »

Temps de lecture : 2 minutes
Un père de famille et ses deux fils, tous les trois incarcérés depuis plus de deux ans, sont officiellement renvoyés devant une cour d’assises pour enlèvement, séquestration et des violences sur une mineure.

Ainsi en a décidé il y a quelques mois, dans le secret et sans que l’information ne soit révélée, un juge d’instruction du pôle criminel de Nîmes qui était en charge du dossier depuis le déroulement des événements, survenus en novembre 2017.

L’adolescente, qui avait été enlevée devant un lycée de Nîmes alors qu’elle était sous protection de la justice et en compagnie d’un animateur chargé de veiller sur elle, est revenue durant l’instruction sur une grande partie de ses déclarations initiales, accablantes au départ pour ses proches. Mais malgré son revirement, les charges à l’encontre des accusés sont nombreuses selon une source judiciaire.

Rappel des faits qui se déroulent début novembre 2017 devant un lycée de Nîmes. Une adolescente sort de l’établissement scolaire. Dehors, un éducateur l’attend pour la prendre en charge comme tous les soirs…

Depuis quelques semaines, elle est en conflit avec sa famille et elle a été placée pour sa propre sécurité dans un foyer. Mais le papa et deux de ses frères décident de la récupérer avec violence.

Enfermée pendant quatre jours et battue

L’éducateur qui l’accompagne est frappé et la lycéenne de 16 ans est enlevée par les siens. Déjà quelques semaines auparavant, elle aurait été victime de coups de la part de ses proches « qui ne supportaient pas qu’elle vive à l’européenne » , soulignait à l’époque à Objectif Gard une source proche du dossier.

Lire aussi:  L’irrésistible hausse du nombre d’agressions: « la France se sud-américanise »

Rapidement les enquêteurs du commissariat de Nîmes retrouvent les parents qui sont placés en garde à vue. Ils ne parlent pas et refusent de donner le lieu où est retenue leur fille.

Quatre jours plus tard, elle est retrouvée, séquestrée dans un appartement de la commune de Saint-Geniès-de-Malgoirès. Elle y était enfermée dans une pièce, et elle aurait été frappée.

Ses deux frères et son père sont depuis mis en examen et écroués. Un des deux frères, défendu par maître Adil Abdellaoui, a demandé mercredi dernier sa libération conditionnelle devant la chambre de l’instruction de Nîmes.

Une libération qui vient d’être refusée par la cour d’appel. Les trois membres de la famille attendent maintenant depuis la maison d’arrêt que le procès d’assises soit audiencé.

Source: Objectif Gard via Europe Israël

Crédits photo: Domaine public

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com