« Le futur est déjà là »: une société russe va créer des robots-sosies « réalistes » – vidéos

Temps de lecture : 6 minutes
Comme s’il sortait de la série futuriste Black Mirror, le Robo C de la société russe Promobot est un robot humanoïde qui peut avoir l’apparence de n’importe qui et interagir comme interlocuteur ou conseiller personnel multifonction.

Dans quels domaines peut-il remplacer l’Homme? L’un des fondateurs de l’entreprise le décrit pour Sputnik.

 

Dans une interview à Sputnik, le cofondateur et directeur du développement de la société Oleg Kivokourtsev parle des créations de l’entreprise et du futur de l’intelligence artificielle.

Création de Promobot

Basée dans la ville russe de Perm, la société est le plus grand fabricant de robots humanoïdes autonomes d’Europe du Nord et de l’Est. Aujourd’hui, plusieurs centaines de robots Promobot opèrent dans 26 pays du monde.

Il a fallu quatre mois pour développer un prototype du Promobot, raconte le responsable:

«Le prototype était loin de ce que le robot est maintenant, mais déjà à l’époque, en 2014, il pouvait reconnaître les visages, les mots, se déplacer, éviter les collisions et répondre à des questions simples. Depuis lors, nous avons continuellement amélioré nos robots, développant à la fois de nouvelles solutions et améliorant les précédentes.»

 

Vers la création d’un robot comme dans la série Black Mirror

La dernière création de la société, Robo C, a même été comparée à l’humanoïde de la série Black Mirror, dans laquelle une machine très réaliste prend la place d’une personne décédée.

«En effet, nous avons reçu des ordres pour faire des copies de personnes qui ne sont plus là. D’Inde et du Brésil», précise le responsable.

«Le développement de ce type de robot progresse: chaque jour, nos spécialistes améliorent la conception et la rendent plus réaliste, essayent de nouvelles technologies. Chaque fois le résultat s’améliore de plus en plus, par exemple, après avoir introduit Einstein, nous avons recueilli de nombreuses appréciations.»

 

«Plus le robot ressemble à une personne, plus la confiance en lui est élevée, mais pour cela, vous devez surmonter l’effet de “la vallée dérangeante”. Dès que nous le surmonterons complètement, notre produit deviendra l’outil le plus efficace», a-t-il déclaré, se référant à une théorie du roboticien japonais Mori Masahiro, selon laquelle plus un robot androïde est similaire à un être humain, plus ses imperfections paraissent monstrueuses.

Par Anna Dedkova

Source: Sputnik

Crédits photo: © Promobot

Des robots pour remplacer les humains

La société Robotique Hanson a réussi à créer un prototype de robot qui interagit avec l’homme. Le projet a été présenté à Hong Kong, lors d’une exhibition dédiée aux nouvelles technologies, où ″Einstein″, le robot, a présenté une gamme d’expressions faciales reflétant ″les émotions″ humaines. Un aperçu du futur dans lequel les machines prennent place, au grand dam de nous autres les humains.

″Je suis David Hanson et je construis des robots qui ont du caractère. Je veux dire par là que je développe des robots qui sont des personnages, mais aussi des robots qui en viendront à sympathiser avec vous. (…)

Produire des robots qui aient réellement de l’empathie et si ils finissent par obtenir une intelligence de niveau humain, ou très probablement supérieur aux niveaux d’intelligence des humains, cela pourrait être les germes d’espoir pour notre avenir…″

C’est en ces termes que s’est exprimé David Hanson, créateur des nouveaux robots au visage d’apparence humaine, lors de la réunion des nouvelles technologies du Global Sources Electronics Fair.

 

Les chercheurs croient que l’avenir immédiat des robots à visage humain réside dans la création de robots animatroniques pour les parcs à thème, alors qu’ils développent déjà des androïdes réalistes pour travailler dans les hôpitaux et s’occuper des  besoins spécifiques des malades, notamment des enfants…

″Et parce que les robots peuvent fonctionner indéfiniment, ils peuvent faire des infirmièr(e)s auxiliaires inlassables″, dit l’entrepreneur américain d’origine coréenne Jong Lee. Dotés d’un logiciel de reconnaissance faciale, Lee dit que ces robots seront en mesure d’accueillir les patients par leur nom et leur poser des questions sur la fréquence cardiaque et d’autres signes vitaux. ″Qui plus est, ils ne gâcheront pas de médicament″ !

″Avec des robots pour les aider, les infirmièr(e)s sont 30 pour cent plus productifs″, dit-il, notant qu’il y aura une plus grande nécessité d’aide avec une population qui vieillit…

Productivité, constance, fiabilité, ″intelligence supérieure″, voilà donc les arguments qui expliqueraient la présence de robots à visage humain dans nos vies. Car l’être humain est faible voyez-vous, il se fatigue, peut tomber malade, faire des erreurs, il peut défaillir. Et c’est ce à quoi ces machines qu’on nous vante si ″parfaites″ sont censées palier ?

Ainsi il y aura des machines à l’hôpital, à l’école ou au bureau, dans les magasins ou encore à la maison. Des robots d’accueil, des robots d’entretien ou des robots de surveillance, et pourquoi pas des agents de police robotisés ou encore des robots militaires…

 

Une Technologie déjà répandue

Dans une interview accordée à Earthsky, David Hanson explique que les robots à visage humain sont déjà utilisés dans les laboratoires scientifiques du monde entier – l’Université de Cambridge, l’Université de Genève, l’Université de Pise. Ils sont utilisés en Asie et des dizaines de laboratoires à travers le monde pour la recherche cognitive de la science et la recherche de l’intelligence artificielle.

″En fait, nous essayons de comprendre l’être humain et d’utiliser cette compréhension dans nos machines, pour faciliter de meilleures relations homme-machine. A l’avenir nos machines vont être humanisées.

Nous allons essayer de les rendre plus fondamentalement humaines dans leur coeur, leur donner la capacité de comprendre la compassion, les interrelations avec les gens qui faciliteront d’étonnantes nouvelles découvertes et technologies qui affecteront nos vies quotidiennes″.

Le robot à visage humain attire des personnes éblouies par l’image d’un monde moderne et futuriste.

Des robots grand public

Hanson explique que les robots ressemblant à des humains que son équipe et lui ont développé sont  actuellement prévu pour les laboratoires de recherche de haut de gamme. ″Mais nous produisons en ce moment des robots qui sont destinés à la vente au public.

La première ligne de production sont ce que nous appelons les ″Robokind″, des petits androïdes parfaitement expressifs, contrôlés par notre logiciel cognitif, afin qu’ils puissent interagir avec vous. Ces petits androïdes sont à vendre pour des applications éducatives, et des applications de recherche″.

″Je vois un avenir étonnant pour la relation entre les humains et les robots. Nous allons faire de nos robots comme une relation entre des animaux et des personnes. Nous allons leur donner des capacités cognitives développées. Nous voyons tant de tendances technologiques qui prennent cette direction – de la perception de la machine. Nous sommes vraiment dans l’enfance de ces technologies″.

″Nous voyons aussi d’énormes progrès dans les systèmes cognitifs, la possibilité pour les machines de penser comme les gens. Nous comptons sur de grands progrès dans les capacités des machines d’avoir des objectifs et des motivations, qui permettent aux robots de réinterpréter nos émotions, à travers ce que nous appelons la théorie des technologies de l’esprit.″

″Nous devons également être très prudent, parce que la loi des conséquences imprévues dit que nous ne savons pas quels effets ces nouvelles technologies auront sur la civilisation humaine et sur l’écosystème. Nous voulons nous assurer que nous ne nous contentons pas de développer des capacités de penser comme un humain, mais des capacités éthiques, la machine de la sagesse, la sagesse de type humain…″

En conclusion

On pourra penser ce qu’on veut, ces nouvelles technologies sont loin de laisser indifférent et ne laissent pas entrevoir un avenir radieux pour l’humanité. L’impact sur notre société est colossal, remettant en cause toutes nos valeurs et nos modes de fonctionnement, ce qui implique des conséquences éthiques et morales sur lesquelles nous devrions raisonner.

Lire aussi:  Les nouveaux drones lance-flammes sont arrivés

Dans un monde en crise où déjà beaucoup peine à obtenir un travail, on va néanmoins ″trouver″ une place pour des robots corvéables et infatigables, travaillant jour et nuit.  Et puis il y aura des robots de compagnie qui feront office d’ami humain, et voire même des robots ″objets sexuels″ qui permettront de trouver un partenaire à la demande, la ″femme″ robot étant pour beaucoup le fantasme idéal, car soumise.

Et qu’en est-il des risques que les robots ne finissent par s’en prendre à l’humanité ? Après tout ces machines ne seront que le reflets de la pensée de ceux qui les auront créés. Dans notre monde actuel avec l’esprit de notre époque, nul doute que des robots intelligents, dotés d’une conscience, pourraient se retourner contre leur concepteur.

On peut croire que tout ceci est un progrès technologique incroyable, une opportunité qui offre des nouvelles perspectives, une avancée scientifique qui permettrait de faciliter la vie des humains. Mais en sommes nous sûr ? Sommes-nous sûr que l’être humain a besoin de robots pour l’aider, l’accompagner et le chaperonner ? Dans un monde aussi individualiste que le nôtre, de plus en plus accroché aux nouvelles technologies, c’est certain que cette idée fera sa place.

Nous savons tous dans quelle voie l’humanité s’engage si elle persévère à ne pas vouloir retrouver les vraies valeurs humaines qui sont les siennes. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Le transhumanisme est bel et bien en marche et cela ne sera pas sans conséquences, sauf si les esprits scientifiques changent, mais ça j’en doute.

Publié par alter INFO

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com