Volte-face: l’armée iranienne affirme désormais qu’une «cyberattaque» américaine est responsable du crash du Boeing ukrainien

Temps de lecture : 3 minutes
Alors qu’une nouvelle vidéo diffusée par le New York Times montre un deuxième missile frappant l’avion de ligne, l’Iran accuse désormais un «sabotage ennemi».

L’armée iranienne accuse maintenant (encore) les États-Unis d’avoir abattu le vol 752 d’Ukrainian International Airlines, après avoir admis que les commandants du CGRI avaient tiré sur le Boeing la semaine dernière, et à la suite d’une nouvelle vidéo montrant un deuxième missile tiré sur l’avion de ligne civil.

Le président du Conseil des gardiens de l’Iran, Ahmad Jannati, a déclaré mercredi que le «sabotage ennemi» ne pouvait pas être exclu, tandis que le général de brigade Ali Abdollahi a directement suggéré que les forces militaires américaines avaient piraté les systèmes radar iraniens pour faire croire que l’avion de ligne, contenant 176 personnes, était un missile entrant.

Abdollahi a également suggéré que des pirates militaires américains auraient pu abattre l’avion dans le cadre d’une cyberattaque pour accabler l’Iran, selon le rapport.

Après avoir initialement prétendu qu’une «erreur mécanique» avait provoqué la chute de l’avion, puis avoir admis qu’ils l’avaient abattu «par erreur», après que les preuves d’une frappe de missile ne pouvaient plus être niées, l’Iran recule pour blâmer directement les États-Unis.

Toutefois, il n’y a aucune preuve que les États-Unis aient pris des mesures militaires en Iran, le soir où l’avion de ligne a été frappé.

Ce revirement de l’Iran survient juste après d’intenses protestations à l’encontre du crash et de sa tentative de camouflage par l’armée. De plus, l’émergence d’une nouvelle vidéo montrant qu’un deuxième missile «kill shot» a été tiré, jette de sérieux doutes sur les possibilités d’une «erreur».

 

Mercredi, le président iranien Hassan Rouhaniégalement accusé les États-Unis d’être responsables de l’attentat, affirmant que «la source de toutes les peines incombe aux États-Unis».

Il a ajouté:

«On ne peut pas croire qu’un avion de passagers soit abattu près d’un aéroport international, alors qu’il volait dans un canal de vol commercial», après avoir précédemment déclaré que les commandants du CGRI n’étaient pas les seuls impliqués, notant qu’il y en avaient d’autres aussi».

Le parlement iranien a également déclaré que «nous sommes dans une confrontation puissante avec le criminel américain et nous ne permettons pas une erreur… permettant d’ouvrir la voie à une mauvaise interprétation de la situation par les ennemis».

Plus tôt ce mardi, la justice iranienne avait également annoncé avoir arrêté plusieurs personnes dans le cadre de l’affaire, affirmant que l’une des personnes détenues aurait filmé la frappe de missiles et le crash de l’avion.

L’agence de presse Tasnim, qui est proche des Gardiens de la révolution, a indiqué que la personne était actuellement détenue dans le but de «sonder les facteurs responsables de l’incident».

Cependant, Nariman Gharib, un journaliste britannique qui a d’abord publié les images sur son compte Twitter, affirme que la personne qui a tourné les images se trouve en fait «dans un endroit sûr»:

Traduction: alter INFO

Lire aussi:  Téhéran reconnaît avoir abattu l'avion ukrainien «par erreur», pris pour un «avion hostile»

Source: Summit News

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com