Pays-Bas : près de la moitié des femmes ne se sentent pas en sécurité dans l’espace public, selon un sondage

Temps de lecture : 2 minutes
44% d’entre elles se sentent régulièrement en danger dans l’espace public, surtout le soir. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé auprès de plus de 1000 femmes. Un nombre frappant de femmes évoquent des jeunes d’origine étrangère.

Éviter les transports en commun le soir, retenir son souffle quand on passe devant un groupe de jeunes hommes dans la rue et toujours avoir un trousseau de clés ou un spray d’autodéfense à la main pour «s’armer» contre un danger soudain : pour un nombre considérable de Néerlandaises, c’est devenu la réalité quotidienne.

Transport en commun

Parmi les femmes qui utilisent les transports publics, 85% s’y sentent parfois en danger. Le train et le métro sont le plus souvent classés comme dangereux, peut-être parce qu’il n’y pas de contact avec le conducteur. […]

Beaucoup de femmes s’asseyent dans la partie occupée du transport et préviennent quelqu’un du lieu où elles se trouvent et à quelle heure elles arrivent. 44% d’entre elles tentent d’éviter complètement les transports publics le soir.

Près de 2 femmes sur 3 voyageant dans les transports publics se sont fait harcelées. Un tiers d’entre elles qualifient l’incident d’«anodin», un autre groupe l’a vécu comme très traumatisant (7%). Beaucoup de femmes parlent d’hommes qui ont tenté des attouchements.

«Je dormais et j’ai senti quelque chose monter le long de ma jambe, qui s’est avéré être le pied d’un homme qui me regardait et se satisfaisait», raconte une des femmes. Et une autre: «Il s’est assis en face de moi, s’est penché en avant, a sorti un grand couteau, et s’est nettoyer les ongles.»

Lire aussi:  Pays-Bas : Fusillade terroriste aux cris de « Allah Akbar », au moins 3 morts et 5 blessés (MàJ : un suspect Turc arrêté)

Beaucoup de femmes n’osent pas réagir aux agressions, attendent que que les individus concernés sortent du transport ou s’enferment dans les toilettes. «Je suis une femme avec une forte poitrine et quelqu’un dans le train voulait sentir s’ils étaient réels. Je l’ai giflé, il est tombé inconscient. Je ne savais pas que je pouvais frapper si fort!»

[…]

Source: Telegraaf

Crédits photo: Ⓒ  EYEEM GMBH | HH

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com