Un auteur féministe appelle les Allemands à cesser d’avoir des bébés pour sauver la planète

Temps de lecture : 2 minutes
L’auteure féministe Verena Brunschweiger a appelé les Allemands à cesser d’avoir des bébés pour sauver la planète, malgré le fait que le taux de fécondité indigène du pays n’est déjà qu’à 1,4 enfant par femme.

Dans une interview accorée à Neue Osnabrücker Zeitung, Brunschweiger avertit: «Nous sommes au bord de l’effondrement écologique, la seule solution est le renoncement à sa propre reproduction». [sic!]

Affirmant que ce sujet est gardé caché dans «l’Allemagne nataliste», Brunschweiger, qui est elle-même sans enfant, a déclaré:

«C’est surtout à cause de la surpopulation que nous avons de si gros problèmes environnementaux. Nous sommes tout simplement trop nombreux et personne ne veut se limiter. Si nous étions moins et que nous nous restreignions, nous pourrions sauver quelque chose.»

Brunschweiger a affirmé qu’elle avait l’impression d’être «en Arabie saoudite au 14ème siècle» lorsqu’elle tentait d’exprimer son message, mais qu’elle avait reçu le soutien de nombreuses femmes.

La féministe adresse son message aux Allemands malgré le fait que le taux de fécondité natif du pays est d’environ 1,4 enfant par femme, bien en dessous du taux de remplacement nécessaire de 2,1.

«Depuis 1972, l’Allemagne n’a pas connu une seule année au cours de laquelle le nombre de nouveau-nés a dépassé le nombre de décès», rapporte Arutz Sheva.

Malgré sa manie pour la réduction de la population, Brunschweiger ne parle pas que «la vertu n’a pas encore atteint le continent africain», rapporte Free West Media. «La population d’enfants en Afrique atteindra 1 milliard d’ici 2055, ce qui en fera la plus grande population d’enfants de tous les continents.»

En effet, l’Afrique subsaharienne produira encore plus de naissances pour le reste du siècle, donc si Brunschweiger tenait vraiment à réduire la population mondiale pour sauver la planète, elle dirait aux Africains d’arrêter de se reproduire, ce qui serait bien sûr traîté de racisme.

Et après tout, pour les progressistes, il vaut mieux être mort que raciste!

Paul Joseph Watson

Source: Summit News

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com