Une cellule immunitaire qui tue la plupart des cancers découverte par accident par des scientifiques britanniques

Temps de lecture : 3 minutes
Un nouveau type de cellule immunitaire qui tue la plupart des cancers a été découvert par accident par des scientifiques britanniques, dans ce qui pourrait annoncer une percée majeure dans le traitement.

Des chercheurs de l’Université de Cardiff à la recherche de cellules immunitaires capables de combattre les bactéries, ont trouvé un tout nouveau type de cellules T.

Cette nouvelle cellule immunitaire porte un récepteur inédit qui agit comme un grappin, se fixant sur la plupart des cancers humains, tout en ignorant les cellules saines.

Lors d’études en laboratoire, il a été démontré que les cellules immunitaires équipées du nouveau récepteur tuent les cancers du poumon, de la peau, du sang, du côlon, du sein, des os, de la prostate, des ovaires, des reins et du col de l’utérus.

Le professeur Andrew Sewell, auteur principal de l’étude et expert en cellules T de la faculté de médecine de l’Université de Cardiff , a déclaré qu’il était «très inhabituel» de trouver une cellule qui avait de larges thérapies contre le cancer, et a soulevé la perspective d’une thérapie universelle .

«Ce fut une découverte fortuite, personne ne savait que cette cellule existait», a déclaré le professeur Sewell au Telegraph.

«Notre découverte ouvre la perspective d’un traitement anticancéreux «unique», un seul type de cellules T qui pourrait être capable de détruire de nombreux types de cancers dans la population. Auparavant, personne ne pensait que cela pouvait être possible.»

[…]

Il existe déjà des thérapies qui génèrent des cellules immunitaires pour combattre des types spécifiques de cancer, mais elles ne sont actuellement utiles que pour certaines formes de leucémie et ne fonctionnent pas pour les tumeurs solides, qui représentent la plupart des cancers.

Ces traitements – connus sous le nom de thérapies CAR-T et TCR-T – impliquent de prélever des cellules immunitaires d’un patient qui sont ensuite modifiées afin qu’elles puissent se verrouiller sur des molécules qui se trouvent à la surface des cellules cancéreuses.

Lire aussi:  Israël: un traitement pour soigner le cancer du pancréas en 14 jours

Les cellules sont ensuite cultivées en grand nombre et réinjectées dans la circulation sanguine du patient.

Le traitement CAR-T est désormais administré pour certaines formes de leucémie mais ne fonctionne pas pour les tumeurs solides, la grande majorité des cancers. Les thérapies TCR-T peuvent fonctionner dans certains autres cancers, mais elles doivent se verrouiller sur des molécules appelées HLA, qui varient considérablement dans la population.

En revanche, la nouvelle cellule s’attache à une molécule sur les cellules cancéreuses appelée MR1, qui ne varie pas chez l’homme.

Cela signifie que non seulement le traitement fonctionnerait pour la plupart des cancers, mais qu’il pourrait être partagé entre les personnes, augmentant la possibilité que des banques de cellules immunitaires spéciales puissent être créées pour un traitement instantané «standard» à l’avenir.

Lorsque les chercheurs ont injecté les nouvelles cellules immunitaires à des souris porteuses d’un cancer humain et ayant un système immunitaire humain, ils ont trouvé des résultats «encourageants» d’élimination du cancer.

Et ils ont montré que les cellules T des patients atteints de cancer de la peau, qui ont été modifiées pour exprimer le nouveau récepteur, pourraient détruire non seulement les propres cellules cancéreuses du patient, mais aussi les cellules cancéreuses d’autres patients en laboratoire.

Traduction: alter INFO

Source(s): Nature / Yahoo News

 

Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com