«Séparatisme islamiste» : à quoi joue Jupiter?

Temps de lecture : 4 minutes
Jupiter lance le séparatisme islamiste.

Certes, les flirts avec l’Arabie des Salmane ou le Qatar de Tamim au gré de juteux contrats d’armements n’assouvissent guère les désirs du présent de la République française pour l’ordre qu’il cherche dans le chaos et c’est donc pour cette même raison qu’il s’intéresse aux Français d’origine arabe suivant un modèle qu’Israël applique en ce moment-même en Palestine… déjà le mot séparatisme a une connotation trop bizarre propre à justifier le recours aux armes. 

Au total, la stratégie du gouvernement devrait s’appuyer sur quelque 25 actions, selon un document de travail datant de janvier et dévoilé par Le Point ce week-end.

Une partie d’entre elles portent également sur l’organisation de l’islam de France, notamment la formation des imams et le financement des lieux de culte par des pays étrangers. A l’image de la grande mosquée en cours de construction à Mulhouse, An-Nour, qui est financée en partie par le Qatar.

« Je souhaite que nous allions beaucoup plus loin en renforçant le contrôle sur les financements venant de l’étranger, en étant beaucoup plus durs à l’égard de toutes les formes de cet islamisme politique », avait déclaré Emmanuel Macron en avril 2019.

Marché du pétrole indien: duel russo-saoudien

L’incapacité de la Russie et de l’Arabie saoudite de trouver un accord sur une baisse supplémentaire de production de brut soulève des doutes quant à la poursuite d’une coopération russo-saoudienne dans le domaine pétrolier.

Depuis que Rosneft a acheté la raffinerie de 400 mille barils par jour Vadinar (maintenant connue sous le nom de Nayara) à Essar Oil en 2017, la Russie est présente sur le marché indien en aval; cette acquisition s’est avérée être l’un des éléments cruciaux de la survie du président Maduro au Venezuela. Nayara est le principal débouché pour le brut PDVSA du Venezuela.

Lire aussi:  Les 80km/h? «Une connerie» d’Édouard Philippe, se lave les mains Macron

Trois ans plus tard, la Russie veut toujours une part plus importante. À première vue, l’Inde est le lieu idéal pour des investissements à grande échelle. La production nationale, actuellement ne représente que 17% de la consommation du brut. Donc pour combler cette lacune elle doit importer 83% de ses besoins en brut.

Ainsi, tout grand producteur de brut ayant une formation politique suffisamment forte pour soutenir une proposition commerciale rêverait de verrouiller des parties du marché indien. Le marché intérieur indien est massif et la demande de pétrole ne cesse de croître.

Par rapport aux fournisseurs traditionnels comme l’Arabie saoudite et l’Irak, la Russie est un nouveau venu relatif sur le marché indien.

Coopération stratégique: le soutien de Berlin à la France

Devant les stagiaires de l’École de Guerre lors d’un discours sur la stratégie de défense et de dissuasion, le président a prononcé ces mots ce 7 février:

 « Soyons clairs : les intérêts vitaux de la France ont désormais une dimension européenne ».

Et de proposer aux « partenaires européens qui y sont prêts » un « dialogue stratégique » sur le « rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective », voire de les associer « aux exercices des forces françaises de dissuasion », l’objectif étant de développer une « véritable culture stratégique entre Européens ».

Cette offre de « dialogue stratégique » s’adressait en premier lieu à l’Allemagne, où certaines voix s’inquiètent des orientations prises par l’administration Trump à l’égard du Vieux Continent. « Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les États-Unis pour nous protéger est révolu. […]

L’Europe doit prendre son destin elle-même en main, c’est notre défi pour l’avenir », avait même déclaré Angela Merkel, la chancelière allemande, en mai 2018.

 « La sécurité de l’Europe est basée sur une alliance forte avec les États-Unis, car c’est pour nombre de nos partenaires d’Europe centrale et orientale, c’est là que se joue leur sécurité existentielle, et c’est là avant tout qu’elle est assurée et garantie », a fait valoir M. Steinmeier, dont la fonction est honorifique outre-Rhin, après avoir regretté que « notre principal allié, les États-Unis, refusent sous l’administration actuelle l’idée même d’une communauté internationale », ce qui fait que les « pays sont invités à placer leurs propres intérêts au-dessus de ceux de tous les autres. »

La Turquie organise des manifs antigouvernementales au Liban

Des sources sécuritaires libanaises assurent que plusieurs des manifestations anti-gouvernementales sont orchestrées par la Turquie via le parti politique des Frères musulmans au Liban, la Jamaa islamiya.

La Jamaa islamiya a été créée en 1952 par le Superviseur général des Frères syriens en exil à Beyrouth, Moustapha Siba’i. Elle aurait été alors financée par le banquier suisse François Genoud (exécuteur testamentaire de Joseph Goebbels), elle l’est aujourd’hui par l’État turc.

La Jamaa islamiya aurait organisé la fermeture de la route côtière du Sud et de la route de la mosquée de Aïcha Bakkar à Tripoli, au début des manifestations. Surtout, elle se cacherait derrière les Gardiens de la Ville (Horras al-Madina) un groupe nouvellement créé qui organise les manifestations place al-Nour à Tripoli et dispose d’une puissante infrastructure.

C’est sur la place al-Nour que l’étendard de Daech a flotté durant deux ans.

Source: Press TV


Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com