L’affirmation de Pékin de l’absence de nouvelles infections contredit la réalité sur le terrain

Temps de lecture : 4 minutes
Les citoyens chinois signalent de longues files d’attente à l’extérieur des hôpitaux, de nouveaux hôpitaux de fortune et des quarantaines forcées.

Pour la première fois depuis le début de l’épidémie, la commission nationale de la santé de la Chine a affirmé le 19 mars qu’il n’y avait pas de nouvelles infections dans tout le pays.

Mais les citoyens chinois décrivent une réalité différente.

À Wuhan, point zéro de l’épidémie, les résidents ont été témoins de longues files d’attente dans les hôpitaux tandis que davantage d’établissements auraient été installés pour accueillir les patients malades.

Pendant ce temps, les internautes ont déclaré qu’ils ne faisaient pas confiance au récit du régime chinois.

Le virus CCP, communément appelé le nouveau coronavirus, a fait son apparition à Wuhan en décembre 2019.

L’Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus de virus du PCC parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Les hôpitaux

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le 19 mars, un citoyen chinois montre le Wuhan Union Hospital, l’un des 46 établissements désignés pour traiter le COVID-19, et la file d’attente devant lui.

« Regarde regarde! Les gens qui ont de la fièvre font la queue devant la clinique de l’hôpital de Wuhan Union », a-t-il déclaré. L’Epoch Times confirme que les images ont été filmées à l’hôpital.

 

Plus de 30 personnes attendent en ligne, gardant une distance de sécurité avec la personne devant elles. Un garde de sécurité de l’hôpital est stationné à proximité, vêtu d’une combinaison de protection et portant un masque N95.

Ceux qui font la queue portent des masques, des blouses chirurgicales ou des imperméables en plastique – portés par beaucoup pendant la première épidémie, alors que les gens cherchaient à se protéger contre la contraction du virus.

Lire aussi:  EVENT 201: le Centre Johns Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates ont organisé un événement à la fin de 2019 simulant une épidémie mondiale de coronavirus

Pendant ce temps, M. Wu, un résident de la ville voisine de Huanggang, a appelé à l’aide. Il a dit qu’aucun hôpital de Huanggang ou Wuhan ne pouvait diagnostiquer sa maladie car toutes les installations qu’il visitait étaient pleines de patients infectés.

Lors d’une interview téléphonique avec The Epoch Times, la fille de Wu a déclaré: «J’ai appelé des médecins de Wuhan. Ils ont dit qu’il était très possible que mon père ait une tumeur au rein, mais ils ne pouvaient pas l’accepter… Leurs hôpitaux sont débordés de patients [viraux]. »

De nouvelles installations

Le 19 mars, un travailleur dans la construction a partagé une vidéo d’un nouvel hôpital de fortune installé dans un stade de la banlieue de Wuhan.

«Après une autre nuit, notre mission est presque terminée», a déclaré l’homme. «Un nouvel hôpital de fortune sera bientôt opérationnel.»

Mme Li, une résidente de Wuhan, a déclaré à Epoch Times que les autorités avaient récemment installé des stations relais dans la ville. Habituellement installés dans les universités, les patients infectés par le virus y sont placés en quarantaine.

«Après la fermeture des 14 hôpitaux de fortune [le 10 mars], ils ont installé 300 stations relais. Je pense qu’elles servent comme nouvelles installations de fortune », a-t-elle déclaré.

Coïncidant avec la première visite du leader chinois Xi Jinping à Wuhan, les autorités ont fermé les hôpitaux de fortune, affirmant qu’ils n’étaient plus nécessaires.

Mme Li a également déclaré que de nombreuses personnes n’étaient pas diagnostiquées et s’isolaient elles-mêmes à la maison. «D’après ce que je sais, chaque complexe résidentiel du district de Jiang’an, une région de Wuhan, est infecté par le virus. Les patients sont obligés de rester à la maison. »

Lire aussi:  Hydroxychloroquine, Pr Christian Perronne : « Ça marche ! Le problème c’est qu’il y a pénurie depuis 15 jours et qu’il n’y a eu aucun ordre pour le produire en France » - vidéo

Mme Zhang, une autre résidente de Wuhan, pense que l’épidémie est beaucoup plus grave que les autorités ne l’admettent.

«Si l’épidémie n’est pas critique, le gouvernement nous permettrait de retourner au travail. Aujourd’hui, toutes les routes sont encore bloquées et les entreprises n’ont pas repris la production à Wuhan », a déclaré Zhang lors d’un entretien téléphonique le 17 mars.

Depuis fin janvier, Wuhan est en quarantaine. Pour empêcher la propagation du virus, les lieux de travail ont été fermés, les transports en commun et les déplacements routiers interdits et les événements publics annulés.

Hormis le Xinjiang et le Guizhou, deux régions reculées de Chine qui ont récemment rouvert les lycées et les collèges pour les seniors qui passeront les examens d’entrée, toutes les écoles des autres provinces et régions restent fermées.

Les écoles chinoises sont fermées depuis les vacances du Nouvel An lunaire. Les cours ont lieu en ligne.

Les internautes

De nombreux internautes sont sceptiques quant aux affirmations des autorités selon lesquelles l’épidémie a été contenue. Un article largement diffusé publié sur un blog Internet chinois déclare que ce n’est que lorsque trois critères seront remplis que cela indiquera que l’épidémie est vraiment terminée:

  1. Toutes les écoles en Chine rouvrent;
  2. La Corée du Nord et la Russie rouvrent leurs frontières avec la Chine;
  3. Le PCC maintient son Lianghui (deux sessions), la Conférence annuelle du Parti pour sa législature et l’organe consultatif, ainsi que la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Cette année, Lianghui était prévue du 3 mars au 13 mars. Le 24 février, le Parti a annoncé qu’il serait reporté en raison de l’épidémie.

Source(s): Epoch Times

Crédit photo: DP


Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com