Italie: la criminalité monte en flèche, les gens défient les ordonnances de confinement

Temps de lecture : 2 minutes
L’Italie a été le pays européen le plus durement touché par la pandémie de coronavirus.

A ce jour, il y a plus de 64 000 cas confirmés et plus de 6 000 personnes sont décédées, ce dernier nombre étant plus élevé que tout autre pays dans le monde, bien au dessus de la Chine. Néanmoins, l’Italie a du mal à contrôler sa population alors qu’elle tente de ralentir la propagation du virus.

La ville de Palerme, en particulier, a connu une augmentation de la criminalité depuis que le confinement du pays a été ordonné, selon un rapport publié dans Il Ginorale. La semaine dernière, des individus ont volé cinq ordinateurs dans une école. Des téléviseurs et des suppléments de protéines valant des milliers d’euros ont été volés dans un gymnase. De plus, cinq mille euros de fournitures ont été volés dans un complexe industriel.

Toutefois, les vols les plus problématiques concernent les hôpitaux de la ville. L’hôpital Policlinico Paolo Giaccone a été volé à plusieurs reprises ces derniers jours, les distributeurs automatiques étant les principales cibles; certains d’entre eux se trouvaient dans les vestiaires du personnel, ajoutant une énorme pression que subissent déjà les hôpitaux italiens.

L’autre problème exacerbant la crise italienne est le refus de nombreux Italiens de respecter les mesures de quarantaine. Le gouvernement a décrété que les citoyens ordinaires ne peuvent quitter leur domicile qu’en cas d’urgence, et pourtant le ministère italien de l’Intérieur a signalé que plus de 200 000 personnes ont été contrôlées par la police, tandis que 8 000 autres ont été citées pour avoir enfreint les restrictions sur la circulation, comme le révèle un autre rapport de Il Ginorale.

La police italienne a commencé à utiliser des drones dans le but de faire respecter les ordres et l’armée a été déployée dans certaines régions pour renforcer les forces de police surchargées.

Lire aussi:  Coronavirus : les morts jonchent les couloirs d'un hôpital à Wuhan

Un des plus grands virologues italiens affirme que l’une des raisons pour lesquelles l’Italie a été frappée par tant de cas de virus est que le gouvernement a retardé son action par crainte d’être accusé de racisme, comme l’a rapporté précédemment Voice of Europe. A noter qu’un maire italien de gauche encourageait les Italiens à «embrasser un Chinois» comme moyen de vaincre le racisme en février.

Source(s): Il Giornale

Via Voice of Europe


Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com