Les extrémistes musulmans exploitent le coronavirus pour promouvoir le terrorisme et la haine

Temps de lecture : 7 minutes
  • Selon le rapport, les Frères musulmans et l’Etat islamique ont, à travers un certain nombre de fatwas, appelé les musulmans à produire des «armes biologiques humaines» pour attaquer les ennemis de l’islam.
  • De plus, 35% des fatwas ont jugé que l’épidémie du virus soulignait la nécessité pour les femmes de porter le niqab.
  • Le rapport a noté que le religieux islamiste Osama Hijazi a récemment affirmé que le port du niqab est un «traitement efficace» pour le coronavirus.
  • La mauvaise nouvelle est que les musulmans extrémistes et leurs alliés exposent à nouveau leur mépris pour la vie humaine, y compris la vie des musulmans qui s’opposent à leur idéologie, au terrorisme et au djihad. Ce sont les musulmans qui ont un besoin urgent de l’aide du monde.
Selon le Dr M. Zuhdi Jasser, président et fondateur du Forum islamique américain pour la démocratie, «Les Frères musulmans n’ont jamais condamné théologiquement ou idéologiquement l’utilisation du terrorisme. Et s’ils l’ont fait, c’est une couverture, puisqu’ils sont revenus à cela à plusieurs reprises.» Sur la photo: Jasser témoigne devant le House Homeland Security Committee le 10 mars 2011 à Washington, DC. (Photo par Alex Wong / Getty Images)

Alors que les pays du monde entier s’activent pour empêcher la propagation du coronavirus, les extrémistes et les terroristes musulmans ont consacré leur énergie à promouvoir des attaques terroristes contre d’autres musulmans ainsi que des «infidèles».

Ces terroristes et extrémistes prient probablement pour que les «infidèles» découvrent un vaccin contre le virus – leur permettant ainsi de retourner dans leurs mosquées et de reprendre leurs appels à tuer les «infidèles». De nombreux pays arabes et islamiques ont interdit les prières dans les mosquées pour aider à prévenir la contagion pendant la crise du coronavirus.

Alors que les scientifiques et autres «infidèles» du monde entier, y compris Israël, travaillent sans relâche pour trouver un vaccin contre le virus, l’organisation des Frères musulmans et certains de ses alliés émettent des fatwas (opinions religieuses islamiques) qui exposent des objectifs dangereux, un idéologie dangereuse et mépris de la vie humaine.

Sheikh Aid al-Qarni, par exemple, longtemps affilié à la branche Sahwah («Éveil») des Frères musulmans, a déclaré avant sa détention, sa condamnation à mort et sa rétractation publique en Arabie saoudite:

«Je prie Allah qu’il fasse tomber les ennemis dans leur propre piège et qu’il détruise les Juifs et leurs aides parmi les chrétiens et les communistes, et qu’il les transforme en butin des musulmans. Je loue le Jihad , le sacrifice et la résistance contre les occupants en Irak. Nous les maudissons tous chaque soir et prions qu’Allah les anéantisse, les déchire et nous accorde la victoire sur eux…»

Dans une autre vidéo, al-Qarni a déclaré: «Les gorges doivent être fendues et les crânes doivent être brisés … C’est le chemin de la victoire, de la shahada et du sacrifice.»

Un écrivain égyptien, Amr Hosny, a publié un article dans le quotidien égyptien Al-Tahrir , accusant la société arabe et musulmane d’être hypersensible à l’égard de l’honneur de l’islam et de les conduire à être violents et meurtriers envers les autres:

«Chaque fois qu’un extrémiste musulman commet un horrible crime contre l’humanité, certaines personnes sortent et crient qu’il n’a rien à voir avec l’islam, tout en ignorant le fait que les vues et les idéologies n’existent pas en tant qu’entités abstraites, mais prennent plutôt forme dans l’esprit. et le comportement de ceux qui croient en eux conformément à la culture environnante qui définit la nature de leurs relations avec l’autre.

La culture de nos sociétés islamiques de cette génération, en particulier les sociétés arabes, produit un islam violent dont les croyants assassinent simplement ceux qui ne sont pas d’accord avec eux sous prétexte d’être offensé. Ceci, alors qu’ils [les musulmans] ne considèrent jamais les sentiments des autres que les leurs …

Omar Mateen, le jeune musulman américain d’origine afghane qui a massacré 50 homosexuels, a été offensé parce qu’il a vu deux hommes s’embrasser, mais n’a pas été [offensé] par [l’acte de] tuer 50 personnes.

Après tous ces crimes, des membres d’autres cultures accepter plus facilement l’extrémisme au nom de leurs gouvernements et de leur peuple contre les musulmans [en général] et les arabes en particulier, car [à leurs yeux] ce sont [tous] des terroristes potentiels qui doivent être déracinés de leur société.

Nous devons reconnaître l’existence d’une faille dans la culture islamique – en particulier l’arabe [culture islamique] – qui bat dans le cœur du musulman … et l’amène à se convaincre que l’autre mérite d’être tué s’il offense [ la sensibilité religieuse des musulmans]» [Tahrirnews.com, 14 juin 2016].

Le Dr M. Zuhdi Jasser, lors d’une audience devant la Chambre des représentants américaine, a relevé les mots figurant sur le logo des Frères musulmans:

«La diapositive suivante montre le logo … Ils n’ont pas changé de logo. Et en bas, sous ces épées, qui ne sont pas pacifiques, qui ne sont pas des symboles violents, il est écrit wei du (pu) [paix soit sur Lui] … du chapitre 8, verset 16 [60, éd . L’enregistreur a mal entendu] du Coran, et il dit «préparez-vous.» Et ce ne sont pas des Boy Scouts «préparez-vous, préparez-vous.»(P 41)

Pour mémoire, le chapitre 8, verset 60 du Coran déclare:

«Préparez contre eux tout ce que vous pouvez, y compris des armes de guerre (chars, avions, missiles, artillerie, etc.) pour menacer l’ennemi d’Allah et votre ennemi, et d’autres en plus que vous ne savez peut-être pas mais que Allah sait … »- Traduction de Mohsin Khan.

Le Dr Jasser a poursuivi:

«Et si vous regardez la devise, il est dit, comme cela a été souligné, que la mort pour l’amour de Dieu est leur plus haute aspiration …

Les Frères musulmans n’ont jamais condamné théologiquement ou idéologiquement l’utilisation du terrorisme. Et s’ils l’ont fait, c’est une couverture, puisqu’ils y sont revenus à plusieurs reprises.

Recep Erdogan, le chef du groupe des Frères musulmans en Turquie, également connu sous le nom d’AKP, a déclaré: La démocratie est comme un train; nous la conduisons jusqu’à ce que nous arrivions où nous voulons aller, puis nous descendons.» (p.41)

L’organisation Global Fatwa Index (GFI), affiliée à l’Égypte de Dar al-Ifta et au Secrétariat général des autorités de la Fatwa dans le monde, a révélé le 16 mars qu’elle surveillait et analysait de nombreuses fatwas sur le coronavirus.

Lire aussi:  EVENT 201: le Centre Johns Hopkins et la Fondation Bill et Melinda Gates ont organisé un événement à la fin de 2019 simulant une épidémie mondiale de coronavirus

Le groupe a découvert qu’un grand nombre des fatwas liées à la maladie provenaient de corps et d’individus «non officiels».

L’indice GFI a conclu que «les organisations extrémistes et les groupes terroristes exploitent l’épidémie du virus pour mettre en œuvre leur idéologie, semer le chaos, la terreur et la panique et remettre en question les institutions et les dirigeants du pays».

Selon le rapport, les Frères musulmans et l’Etat islamique ont, à travers un certain nombre de fatwas , appelé les musulmans à produire des «armes biologiques humaines» pour attaquer les ennemis de l’islam. Ils ont également jugé que les musulmans qui meurent du coronavirus sont considérés comme des «martyrs».

Le rapport indiquait que les Frères musulmans et le salafisme, un mouvement revivaliste au sein de l’islam sunnite qui avait ses racines dans le mouvement wahhabite du XVIIIe siècle originaire de l’Arabie saoudite moderne, ont jugé que le virus était une «punition divine pour ceux qui ont interdit le niqab, un vêtement qui couvre le visage, porté par certaines femmes musulmanes dans le cadre d’une interprétation du hijab (robe modeste).

Les deux groupes, les Frères musulmans et le salafisme, ont également jugé que le déclenchement du coronavirus était une punition divine pour la persécution des musulmans ouïghours par la Chine.

En août 2018, un comité des Nations Unies a appris que jusqu’à un million de musulmans ouïghours et d’autres groupes musulmans auraient pu être détenus dans la région de l’ouest du Xinjiang en Chine, où ils seraient soumis à des programmes macabres de «rééducation».

Lire aussi:  «Un danger pour la santé publique»: en pleine crise du coronavirus, l’immigration illégale se poursuit au Canada

Selon le rapport du GFI , les Frères musulmans et certains salafistes «continuent d’utiliser le [virus] pour mettre en œuvre une partie de leur littérature, car ils ont lié le déclenchement de l’épidémie à l’interdiction du niqab dans les universités et institutions égyptiennes».

Le rapport a souligné que 55% des fatwas «non officielles» des Frères musulmans et des salafistes se concentraient sur la question de la punition divine, certains affirmant que le coronavirus était la «revanche» de Dieu contre la Chine pour sa persécution des musulmans.

De plus, 35% des fatwas ont jugé que l’épidémie du virus soulignait la nécessité pour les femmes de porter le niqab.

Le rapport a noté que le religieux islamiste Osama Hijazi a récemment affirmé que le port du niqab est un «traitement efficace» pour le coronavirus. Selon lui, «l’Organisation mondiale de la santé devrait ordonner aux pays du monde entier d’obliger les hommes et les femmes à porter le niqab». [sic!]

Certains extrémistes et terroristes musulmans, en revanche, tentent de tirer un profit financier du coronavirus, ajoute le rapport.

«Le coronavirus est traité par les proches du prophète Mahomet», a récemment déclaré un cheikh mauritanien, Yahthia Ould Dahi, «et il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ils sont prêts à se rendre en Chine pour le traiter, si Dieu le veut. Le coût du traitement l’épidémie varie selon les patients, leur situation et leurs capacités (financières).»

Un fugitif des Frères musulmans égyptiens, Bahjat Saber, a utilisé l’épidémie pour appeler à la réalisation d’attaques terroristes contre les autorités égyptiennes. Saber a exhorté les musulmans qui ont la grippe, ou qui sont soupçonnés d’être infectés par le coronavirus, à entrer dans les postes de police et autres institutions gouvernementales afin de propager la maladie.

Le rapport indique qu’un document du renseignement divulgué par le ministère irakien de l’Intérieur a révélé que l’Etat islamique cherchait à recruter ses membres infectés par le coronavirus pour agir comme des «bombes biologiques humaines» dans diverses régions de l’Iraq. Ainsi, l’Etat islamique veut utiliser ses membres pour propager le virus parmi les Irakiens.

La bonne nouvelle est que les décisions des terroristes et des extrémistes ne représentent pas les vues des principales autorités religieuses islamiques dans la plupart des pays arabes et islamiques. La mauvaise nouvelle est que les musulmans extrémistes et leurs alliés exposent à nouveau leur mépris pour la vie humaine, y compris la vie des musulmans qui s’opposent à leur idéologie, au terrorisme et au djihad. Ce sont les musulmans (à part Cheikh al-Qarni) qui ont un besoin urgent de l’aide du monde.

Bassam Tawil est un Arabe musulman basé au Moyen-Orient

Source(s): Gatestone Insitute

Crédit photo: Ahmad Al-Rubaye/AFP via Getty Images


Ceci est mon bloc de texte après le contenu de mon article.

En savoir plus

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com