Les militants du climat sont payés pour manifester

Le groupe extrémiste de gauche Extinction Rebellion a versé des millions de “salaires”, allant jusqu’à 5 000 couronnes suédoises (env. 450 euros) par semaine, aux militants du climat qui acceptent de participer à leurs actions, rapporte le Daily Mail.

Extinction Rebellion entretient des relations étroites avec Greta Thunberg et, entre autres, met en place des obstacles pour faire passer le message que toute vie sur terre sera bientôt anéantie à cause du « changement climatique ».

Le fondateur bien financé du réseau de gauche, Roger Hallam, a ouvert la porte pour “renverser les gouvernements” avec violence, quitte à des effusions de sang afin d’atteindre son objectif.

Mais à quel point les personnes qui participent à l’organisation Extinction Rebellion et à leurs actions souvent illégales sont-elles idéalistes?

Un article paru dans le British Daily Mail montre qu’Extinction Rebellion verse aux activistes l’équivalent de 5 000 SEK (couronnes suédoises) par semaine pour organiser et participer à des manifestations.

Tamsin Omond, militant de gauche et petit-fils du baronnet Sir Thomas Lees, est l’un de ceux qui ont reçu un tel paiement.

Un total d’au moins 2,5 millions de couronnes suédoises a été versé sous forme de “salaires” et le “réseau climat” s’inquiète maintenant de devoir payer un lourd tribut fiscal équivalant à des millions de couronnes, rapporte le Daily Mail.

Un membre du Parlement britannique vient d’exiger que le bureau des impôts du Royaume-Uni enquête sur le réseau Extinction Rebellion, ce qui a provoqué une vive colère populaire qui a bloqué la circulation dans le centre de Londres.

Cependant, l’organisation compte sur un certain nombre de donateurs connus pour assurer le financement du réseau.

Le groupe pop Radiohead (qui a fait don d’environ 3 millions de couronnes suédoises) et le banquier Chris Hohn (un peu plus de 600 000 couronnes suédoises) figurent parmi les principaux contributeurs à la Extinction Rebellion.

Greta Thunberg n’a pas manqué d’attirer l’attention en juillet, lorsqu’elle a appelé à recueillir des fonds pour le mouvement, selon Fria Tider.

Qui est Roger Hallam, fondateur d’Extinction Rebellion ?

Avant tout un professionnel du militantisme. Sa biographie est pleine de mystères : sa page wikipedia le présente comme un ancien agriculteur bio qui aurait tout perdu à la suite d’événements climatiques exceptionnels, et à partir de 2017 il aurait étudié la désobéissance civile au King’s College, prestigieuse université publique de Sa Majesté.

Il est déjà assez étonnant d’étudier la désobéissance civile au sein d’une université publique prestigieuse, mais si l’on se donne la peine de quelques recherches, on voit que rien n’est exact : l’entreprise de M. Hallam, fondée en 1999, existe toujours, il en est toujours le patron ; il s’agit d’une ferme bio comme il en existe tant, avec un modèle économique qui s’appuie sur le bénévolat des jeunes écolos.

Il est au King’s College depuis 2014, et il y a sûrement fait des rencontres intéressantes. Il est en effet devenu contributeur d’Open Democracy, la plateforme web d’Open Society. Sa première contribution date de janvier 2015, 3 mois après sa rentrée au King’s College.

Open Society, c’est la pieuvre de George Soros, qui a accouché d’une foultitude d’organisations, d’entreprises, de média, d’événements tous destinés à promouvoir la « liberté » ou la « démocratie », c’est à dire l’impérialisme US dans sa version soft.

On les a vus à l’oeuvre à chaque « révolution colorée », de la place Maïdan à la place Tahrir, où des « mouvements spontanés » très organisés expliquaient à la foule les techniques insurrectionnelles « non-violentes » et surtout médiatiques qui ont permis l’arrivée au pouvoir de néo-nazis en Ukraine et des Frères Musulmans en Tunisie et en Égypte.

Open Democracy est financé, outre Soros, par des démocrates aussi fervents que la Fondation Ford ou les frères Rockefeller.

Remettons-en une petite couche pour les « militants » d’XR qui sont toujours dubitatifs quand on leur parle de Soros et qui dégainent très vite comme seule réponse « c’est une fake news antisémite ».

Comparez seulement les actions dont se vante l’Open Society en Ukraine avec ce qui s’est effectivement passé.

Comparez les images médiatiques du même type que celles que vous produisez (un joyeux carnaval, la non-violence…) et la réalité d’un coup d’état dont le bras armé était constitué de groupes néo-nazis.

Derrière chaque organisation « non-violente » et « démocratique » créée par l’Open Society se cachaient des groupes militarisés.

Alors, qui se cache derrière vous ?

Comment se fait-il que vous bénéficiez d’une telle bienveillance de la part des autorités ?

Roger Hallam lui-même a été acquitté après avoir vandalisé sa propre université, le King’s College. Il avait tagué « divest from oil and gas » (cessez d’investir dans le pétrole et le gaz).

Il n’a pas seulement été acquitté, l’université a déclaré annuler un investissement de 14 millions dans les énergies fossiles et s’est engagée à la neutralité carbone pour 2025, un des objectifs d’XR.

Si cela vous semble toujours normal, regardons à présent le profil d’une autre militante célèbre d’XR, Farhana Yamin.

Mme Yamin fait partie de la Chatham House, le pendant britannique du Council on Foreign Relations, un « think tank » financé par les plus gros industriels du monde, et même les pétroliers : Royal Dutch Shell, Chevron, BP, ExxonMobil… lisez bien cette liste, ils y sont tous ! Tous les pires capitalistes, financiers, militaires, c’est la liste des pires pollueurs de la planète.

Mme Yamin a créé Track Zero avec le soutien de la Chatham House, et que veut Track Zero ?

« Track 0 est une organisation indépendante (!) à but non-lucratif qui sert de plateforme pour soutenir ceux qui transitent vers un futur propre, juste et lumineux pour les futures générations du monde entier, en accord avec les objectifs de l’Accord de Paris.

Nous nous adressons aux dirigeants et nous fournissons de la recherche stratégique, des formations, des conseils, de l’aide pour la communication aux gouvernements, entreprises, investisseurs, philanthropes, communautés et organisations de la société civile.

La mission de Track 0, c’est de traduire l’Accord de Paris sur la limite du réchauffement à 2ºC/1.5ºC en marches à suivre et en manières de calculer les émissions afin d’élaborer des solutions transformatives que tout le monde peut mettre en œuvre. (…)

Atteindre la neutralité carbone est possible et démontrable par la science. Cet objectif est reconnu par l’Accord de Paris, qui exige que tout le monde travaille collectivement à décarboniser l’économie globale en cherchant à atteindre un pic d’émissions le plus vite possible afin d’équilibrer les émissions globales dans la deuxième partie du siècle.

Les scientifiques s’accordent à dire qu’il faut pour cela réduire à zéro les émissions liées aux énergies fossiles le plus vite possible, à partir de maintenant. »

Chers « rebelles » d’XR. Ne vous inquiétez plus !

Lire aussi:  Enfin ! Trump va créer une commission pour examiner les rapports sur le réchauffement

Les gens les plus puissants de la planète travaillent activement à la sauver. Vous pouvez rentrer chez vous, tout est sous contrôle. Votre seul utilité, c’est de promouvoir « d’en bas » des politiques décidées depuis longtemps « en haut ».

Longtemps comment ?

Juin 1992 pour commencer.

À cette date, 120 chefs d’état réunis à Rio au Sommet de la Terre se sont mis d’accord sur une feuille de route, le fameux Agenda 21. Cet Agenda 21 occupe beaucoup les fonctionnaires des collectivités territoriales, qui doivent s’efforcer de maquiller en « développement durable » des politiques au service des industriels.

Si vous lisez cet agenda, vous serez surpris de voir un programme écologiste radical, vous auriez presque envie de voter pour. C’est justement l’occasion de comparer les buts fixés il y a 30 ans à la réalité.

Que s’est-il réellement passé ?

Développement des monopoles, accroissement des inégalités, désertification des campagnes, mort des services publics, fuite en avant technologique… et relocalisation des industries et des déchets dans les pays pauvres, sans oublier une suite ininterrompue de guerres atroces, source majeure de pollution environnementale (ce qui n’intéresse pas beaucoup les écolos d’opérette).

Les plus gros capitalistes qui financent la Chatham House ont prospéré, et c’est peu dire.

Cette feuille de route a été actualisée en septembre 2015, avant les Accords de Paris, sous le nom Agenda 2030.

En plus du développement durable et des questions écologiques, d’autres thèmes sont abordés : la réduction des inégalités, l’égalité des sexes, l’éducation, la santé…

Les Accords de Paris ont ensuite fixé le fameux objectif de réduction du réchauffement, sans aucune contrainte sur les entreprises, sans remettre en cause les traités de libre-échange, en oubliant les émissions de gaz à effet de serre de l’aviation et du transport maritime international, et sans mentionner les termes « énergies fossiles », « pétrole » ou « charbon », l’Arabie Saoudite s’y étant opposée.

Alors que penser de tout cela ?

Faites-vous confiance aux gouvernements et aux industriels pour sauver le monde ?

Non, dites-vous, et c’est pour ça que vous êtes chez XR. Et pourtant, XR, Greta Thunberg et les autres avatars de la « lutte pour le climat » ne font rien d’autre que leur demander d’appliquer les accords signés, et de poursuivre l’oeuvre du grand bienfaiteur Laurent Fabius, président de la COP21.

Souvenons nous de ce moment fort en relisant cet article baveux du Monde en décembre 2015 :

« A 69 ans, Laurent Fabius a achevé un marathon entamé voilà deux ans pour tenter de convaincre un à un les 195 pays membre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de dépasser leurs divergences et leurs propres intérêts.

‟Oui, j’ai été très ému, a t-il confié au Journal du dimanche. Voir l’ensemble d’une salle se lever pour célébrer un succès que le monde attendait depuis si longtemps, c’est un moment très fort.” (…) les hommages ont été unanimes pour saluer la maîtrise de l’homme, sa dextérité dans les négociations, son sens de l’écoute et l’organisation millimétrique de la COP.

‟Laurent, tu as fait un travail extraordinaire”, l’a remercié John Kerry, le secrétaire d’Etat américain.

‟C’est la diplomatie la plus habile que j’ai vue depuis plus de deux décennies que j’assiste à ces réunions”, a expliqué quant à lui Al Gore, l’ex-vice-président américain. L’Afrique a salué la ‟transparence” des Français, sans ‟arrogance ni prétention”. La presse internationale en fait ‟le cerveau” de cette ‟task force” diplomatique. »

XR a été créé il y a moins d’un an au Royaume-Uni, et à présent des « actions » labellisées XR se déroulent dans de nombreuses capitales du monde entier. XR France affirme compter 8000 adhérents, chiffre en forte progression ces dernières semaines.

Contrairement aux autres antennes internationales du mouvement, notamment britanniques et étasuniennes, les militants français n’ont pas accepté Climate Emergency Fund (CEF), initié par Aileen Getty, la fameuse philanthrope dont la famille a fait fortune dans le pétrole.

Voilà qui rassure les membres d’XR France sur leur « indépendance », mais ça ne les inquiète pas de porter les couleurs d’une organisation dont toutes les autres antennes ont accepté ce fond. De plus, il est tout à fait possible qu’XR France en bénéficie malgré tout, si par exemple ils reçoivent une aide quelconque en provenance d’XR UK.

L’organisation d’XR se veut horizontale est démocratique, mais en fait tout est fait pour centraliser les informations.

Leur structure, pleine de promesses mais terriblement opaque, ressemble à celle des organisations pseudo-anarchistes, où on laisse la base s’organiser mais où les postes-clé (questions internationales, médias) sont verrouillés.

Lire aussi:  « Réchauffement climatique » aux Etats-Unis : - 55°C attendus dans le Midwest

Bien entendu, l’organisation est à moitié secrète : il y a des niveaux de confiance, et les membres peuvent rapidement accéder au statut d’ « activistes », mais pour accéder au statut d’ « organisateurs », il leur faudra être coopté :

« La plupart des rebelles resteront joyeusement activistes et contribueront à assurer l’impact de notre mouvement en s’impliquant in real life à ce niveau. (…) Pour accéder au niveau organisateur, l’activiste doit :

  • s’investir localement pendant un minimum de deux mois ou
  • être proposé·e par 2 rebelles organisateurs de son groupe régional pour le statut d’organisateur »

Tant pis pour la démocratie… et ajoutons encore qu’XR utilise Google pour noter les procès verbaux de toutes ses réunions, et Signal pour ses communications internes (une application absolument pas sécurisée)

L’insurrection

Sur la place du Châtelet comme au centre commercial Italie 2 (propriété d’un groupe britannique, au passage), les flics laissent faire et les médias bourgeois comme le Monde, Libération ou le Parisien font des articles qui sont de véritables publicités pour XR.

À Italie 2, les « peace keepers », c’est à dire la police interne d’XR a dû faire beaucoup d’efforts pour contrôler les autonomes et autres Gilets Jaunes qui croyaient vraiment qu’il s’agissait d’une occupation contre le pouvoir.

Les membres d’XR comptaient partir se coucher sur les coups de minuit, ils furent contraints de prolonger l’aventure jusqu’à 4h, avant de déserter les lieux sous le regard attendri de la police.

Pendant leur journée festive, ils auront pu entendre au moins deux discours de « militants révolutionnaires » de Hong Kong, où se déroule une nouvelle révolution colorée sous les auspices de l’Open Society.

Ces fameux démocrates qui défilent avec le drapeau étasunien et ont été planter un drapeau britannique au parlement.

Place du Châtelet, la police protège quelques centaines de jeunes qui dansent et font la fête. La rupture est consommée entre eux et les vieux Gilets Jaunes, moches, pauvres, qui depuis presque un an se font massacrer par la police et trainer dans la boue par les médias.

En mettant en avant la « non-violence », XR renforce l’étiquette médiatique de « violence » des Gilets Jaunes.

On entend régulièrement comme argument :

« Ce que les Gilets n’ont pas réussi à faire par la violence, nous allons l’obtenir par la non-violence ». « Si la police n’intervient pas, c’est parce que nous sommes non-violents, nous. »

XR France a donc peut-être enfin réussi à faire ce que médias et politiques échouent à faire depuis un an : tuer les Gilets Jaunes.

La tactique n’est pas nouvelle non plus, les marches pour le climat étant systématiquement organisées en concurrence avec les manifestations des Gilets Jaunes.

Voilà l’action positive d’XR France, du point de vue de nos gouvernants.

« Quoi de mieux pour ringardiser et décrédibiliser ces sales Gilets Jaunes antisémites et pollueurs que le spectacle de cette belle jeunesse non-violente qui danse pour nous faire mettre en œuvre les politiques que nous avons déjà décidées ? ».

Cela n’empêche pas, bien sûr, les membres d’XR de répéter le mantra de « convergence des luttes » de manière totalement incantatoire.

Conseils aux « rebelles »

Chers membres d’XR, prenez le temps de faire un pas de côté. Êtes-vous vraiment des « rebelles » ?

Devient-on rebelle en adhérant à une organisation mondiale, en donnant son nom, son adresse mail et son numéro de téléphone pour participer à des « actions » ?

En apprenant des méthodes et des procédures toutes faites, à appliquer sans se poser de questions ?

Chers membre d’XR, vos revendications sont déjà mises en œuvre. Le Royaume-Uni a déjà déclaré l’ « état d’urgence climatique » , une assemblée de citoyens a déjà été tirée au sort pour « accélérer la transition écologique » .

Chers membres d’XR, vous rendez-vous compte que les médias ont préparé vos émotions, votre peur de fin du monde, et qu’XR ne fait que moissonner cette angoisse ? Que vous êtes pour nombre d’entre vous dans un état d’extrême fragilité psychologique ?

Chers membres d’XR, prenez le temps de vous regarder en face. Vous êtes majoritairement issus de la classe moyenne, vous êtes souvent des petit-bourgeois, croyez-vous que votre classe peut être révolutionnaire ?

Chers membres d’XR, prenez le temps d’un regard vers le mouvement des Gilets Jaunes. Vous venez d’assister, depuis un an, au plus grand mouvement populaire que la France ait connu depuis bien longtemps, et vous avez vu comment le pouvoir a tout fait pour l’étouffer.

Avez-vous senti l’intensité de la répression, le vrai visage fasciste du pouvoir dévoilé, la servilité des médias, leurs mensonges ? Vous rendez-vous compte de la différence de traitement que vous recevez ?

Chers membres d’XR, être rebelle, c’est soutenir cette lutte, se solidariser avec le prolétariat contre le pouvoir.

Lutter contre le capitalisme, c’est lutter contre le pouvoir. Et c’est beaucoup plus dangereux, effectivement, que de danser sur un pont habillé en clown, applaudi par les médias bourgeois et protégé par la police.

Il est plus que probable que votre organisation ne serve qu’à légitimer des politiques déjà décidées au niveau mondial, et ces politiques ne feront que renforcer le capitalisme.

C’est nous, le peuple, qui allons payer la facture du climat. Le pouvoir n’a qu’un objectif : le contrôle.

Le pouvoir mondialisé cherche à rationaliser tous les échanges, faire l’inventaire de toutes les ressources pour les marchandiser, et contrôler les populations.

Si on compare le phénomène XR aux précédentes œuvres de l’Open Society dans le monde, il y a de quoi craindre que derrière les clowns, d’autres forces se tiennent prêtes.

Vincent Lenormant

Source: Mondialisation.ca

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
%d blogueurs aiment cette page :