Le Premier ministre suédois menace les Etats de l’UE qui s’opposent à une immigration massive, avec des sanctions

La Suède est fortement concernée par le changement de sa démographie et par l’immigration massive en cours – suite à quoi, le premier ministre gauchiste Stefan Löfven a menacé de sanctions les Etats de l’UE qui ne partageraient pas la même attitude.

Stefan Löfven dit qu’il est prêt à imposer des sanctions aux pays de l’ UE qui s’opposent à l’accueil des réfugiés , comme la Hongrie.

« Oui, je suis prêt à le faire », a déclaré Löfven dans une interview pour le quotidien Dagens Nyheter, abordant même la possibilité de sanctions.

« Parce que nous aurons tôt ou tard à assumer une responsabilité commune en faveur de l’accueil des migrants. Seuls un, deux ou trois pays s’y opposent, et nous devons les aider à cela. »

Ndlr : Rappelons juste à M. Löfven, que plus de 10 pays européens se sont opposés à l’afflux massif de migrants, ainsi qu’au pacte de Marrakech, dont notamment les Etats-Unis, la Hongrie, l’Autriche, l’Australie, la Tchéquie, Israël, la Pologne, la Bulgarie, la Croatie, l’Italie et la Suisse.

« Si ils ne sont pas prêts à assumer leur responsabilité, alors ils en paieront le prix, il ne leur sera pas possible de recevoir des fonds de l’UE de la même manière qu’aujourd’hui », a poursuivi Löfven.

« La Hongrie est l’un des pays qui reçoit le plus de subventions. Il est inacceptable que ce pays, qui reçoit le plus grand soutien de l’UE dise : « Non, ne voulons pas de l’immigration » .

Löfven a souligné qu’il était prêt à s’investir pour les migrants et a souligné que plusieurs autres pays devaient suivre cet exemple.

Lire aussi:  Diktat : la France et l'Allemagne s'unissent pour dire aux États de l'UE « de prendre des réfugiés ou de payer »

En conclusion, le premier ministre sudéois a exprimé l’espoir que l’UE sera en mesure d’élaborer une politique d’immigration commune, « ce qui n’est manifestement pas le cas actuellement ».

Stefan Löfven œuvre depuis longtemps en faveur d’une « politique migratoire équitable », appelant les autres membres de l’UE à également assumer leur devoir.

Depuis la crise des migrants en Europe, la Suède a été l’un des pays le plus généreux en matière d’acceptation d’asile. En 2015 seulement, au plus fort de la crise, 163’000 dossiers de demandeurs d’asile ont été déposé, pour un pays de 10 millions d’habitants.

Suite au dépôt de ces nombreuses demandes, actuellement le plus élevé par habitant en Europe, la Suède a accepté plus de 100’000 demandeurs d’asile par an – et continuera à le faire.

Selon le pronostic pour 2018-2021 de l’Agence suédoise pour les migrations,  le pays acceptera plus de 500.000 migrants au cours de cette période.

En plus de cela, des dizaines à des centaines de milliers de migrants illégaux sont déjà supposés résider en Suède.

La Hongrie, pays de taille similaire, s’est vigoureusement opposé à l’immigration, qui a poussé Budapest à une collision avec Bruxelles.

Alors que plus d’un quart de la population suédoise est issue de l’immigration, la Hongrie compte 93 pour cent de Hongrois.

Traduction Fabrice Drapel

Source Voice of Europe

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :