La Suède en état d’alerte : une explosion tous les deux jours

« Il est temps que la Suède reconnaisse que les explosions sont une urgence nationale. »

La bombe a explosé peu après 9 heures vendredi dans une explosion qui a soufflé deux immeubles et qui pouvait être entendue à des kilomètres. Vingt-cinq personnes ont subi des coupures et des contusions et 250 appartements ont été endommagés. Un jardin d’enfants à proximité a été évacué. Les hôpitaux ont été mis en état d’alerte. Les photos de la scène montrent des rangées de balcons démolis et des fenêtres brisées. C’était “absolument incroyable” que personne n’ait été gravement blessé, a déclaré un porte-parole de la police.

C’est le genre de nouvelles que nous associons habituellement aux zones de guerre, mais cet attentat a eu lieu à Linköping, une ville universitaire paisible du sud de la Suède. Fait remarquable, ce n’était pas la seule explosion dans le pays ce jour-là; une autre explosion , apparemment sans lien, a été signalée sur un parking de la ville de Göteborg plus tôt dans la matinée. Trois explosions ont été signalées à Malmö depuis mardi matin. A ce jour, aucune arrestation n’a été faite.

La Suède a connu une forte augmentation des explosions ces dernières années, principalement liées à des conflits entre bandes criminelles. Selon la police, l’utilisation d’explosifs dans le pays se situe maintenant à un niveau unique au monde pour un État qui n’est pas en guerre.

Une cinquantaine d’explosions ont été signalées au cours des trois premiers mois de 2019, soit en moyenne plus d’une explosion tous les deux jours et une augmentation par rapport à la même période en 2018, une année qui a vu un nombre record de plus de trois explosions par semaine .

Lire aussi:  Un spécialiste de la sécurité internationale : « La Suède se dirige vers la guerre civile »

Si les explosifs sont devenus une arme de choix parmi les gangs du pays, les effets de cette violence ne se limitent pas aux criminels. Au cours des quatre dernières années, un homme de 63 ans a été tuant en ramassant sans le savoir une grenade dans la rue; un garçon de 8 ans qui dormait quand une grenade à main a été lancée dans l’appartement où il séjournait; et une fillette de 4 ans tuée dans un attentat à la voiture piégée.

Statistique d’utilisation de grenades à main : 2011 – 5 décembre 2018. Source: Télévision publique suédoise

En conséquence, les fusillades liées aux gangs se sont nettement intensifiées, de plus en plus souvent en plein jour. La Suède a enregistré 45 fusillades meurtrières dans ce que la police a qualifié d’«environnements criminels» l’année dernière, soit un facteur multiplié par 10 en une génération. En revanche, la Norvège voisine en compte moins de trois.

Les tirs mortels par habitant en Suède sont maintenant considérablement plus élevés que la moyenne européenne. Et l’intimidation systématique des témoins, associée à un code de silence dans les zones d’immigration socio-économiquement faibles du pays, a rendu difficile pour le système judiciaire suédois de résoudre ce type de crime.

La recrudescence de la violence liée aux gangs et d’autres types de criminalité – y compris les infractions sexuelles et une série de viols qualifiés contre des enfants – a eu de profondes implications pour la société suédoise. Dans un pays qui se vante d’être le «premier gouvernement féministe au monde», un tiers des jeunes femmes déclarent maintenant ne pas se sentir en sécurité lorsqu’elles sortent la nuit.

Une étude récente menée dans les trois plus grandes villes du pays a montré que la sécurité est désormais la principale priorité des Suédois qui cherchent à acheter une maison. La criminalité est devenue une priorité absolue parmi les électeurs avant les élections au Parlement européen de mai.

[…] Avant de pouvoir aborder des problèmes spécifiques, le gouvernement suédois doit reconnaître la gravité de la situation. Ces dernières années, la montée des crimes violents en Suède a attiré l’attention croissante des médias internationaux. Quelle a été la réaction du gouvernement suédois ? En lançant une campagne de relations publiques élaborée à l’intention des étrangers, en particulier ceux des zones d’immigration du pays. Rien ne changera si le gouvernement continue de réagir à la réalité des rues avec une rhétorique cynique.

Publié par alter INFO

Lire aussi:  Marie Krarup - parti populaire danois: « Quand la Suède devient arabe, nous n'avons plus grand chose en commun »

Source Quillette

 

 

Plus de partages

Laisser un commentaire

shares
WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :